Mon bonheur et mon bien-être: c’est mon affaire!

Pour changer ou pour que « les choses changent », il faut prendre le temps de se questionner, se permettre des prises de conscience et des remises en question, se responsabiliser, pour finalement mobiliser les bonnes ressources en vue d’atteindre nos objectifs.

Je suis thérapeute en relation d’aide. Je vous propose des rencontres de soutien et d’accompagnement virtuelles, chaleureuses et profondément humaines, pour vous aider dans votre cheminement. 

Coaching thérapeutique

Je prône une approche thérapeutique relationnelle axée sur l’importance de la relation entre vous et moi.

Articulée autour du « ici et maintenant », elle s’inspire de « l’approche centrée sur la personne » de Carl Rogers. Chaque être humain possède en lui les ressources pour se comprendre, pour changer la représentation qu’il se fait de lui-même ainsi que pour modifier ses attitudes et comportements.

Pour ce faire, il doit être entendu véritablement dans son vécu en relation et prendre la responsabilité de ses émotions et de ses malaises.

1
1
2
2

Ce que vous trouverez en moi

Mon nom est Jean-François Quessy. Je suis un passionné de l’être humain et des relations humaines! Mes compétences professionnelles et relationnelles, ma grande sensibilité, mes connaissances de la psychologie et du développement humain, mes capacités d’écoute hors du commun, les épreuves que j’ai traversées, ma réalité familiale bien particulière et mon profond amour de l’être humain m’ont amené à pratiquer le métier de thérapeute en relation d’aide.

Je vous propose des rencontres de soutien et d’accompagnement en formule virtuelle. Vous pouvez donc demeurer dans le confort de votre foyer et les fixer au moment qui vous convient le mieux, quand vous en avez besoin, sans devoir passer par une liste d’attente. 

Faire appel à mes services, c’est avoir l’assurance d’obtenir:

Une approche respectueuse, bienveillante et empreinte d'empathie

Vous apprécierez mon écoute active, ma sensibilité, mon authenticité, ma capacité d’analyse ainsi que ma façon de vous accompagner dans votre processus exploratoire, toujours avec énormément de respect et au rythme qui vous convient.

À mes côtés, jamais vous ne vous sentirez comme un numéro.

Quand je serai avec vous, j’y serai entièrement et je m’investirai aussi.

Vous pourrez être vous-même, vous « déposer » dans un espace où vous vous sentirez bien et entendu, en confiance, sans craindre le jugement. Contrairement à la relation que vous pourriez avoir avec un ami, après avoir bien saisi la personne que vous êtes, votre perception des faits, vos besoins, vos insatisfactions, je n’hésiterai à vous poser des questions d’un point de vue neutre afin de stimuler votre processus exploratoire.

Évidemment, en toute confidentialité.


Pour en savoir davantage sur mon approche, vous pouvez cliquer ici.

Une véritable alliance thérapeutique

Je ne suis pas un professionnel distant ou ennuyant qui s’assoit sur une des techniques ou une méthode qu’il applique à tous ses clients. Ce que je vous propose, c’est une relation unique, dynamique et évolutive basée sur l’authenticité, la confiance mutuelle, le respect et la complicité.

 Vous avez votre passé et votre réalité, vos besoins et vos émotions, vos craintes et vos défis, vos ressources et vos ambitions. Personne d’autre n’est comme vous!

Nous co-construirons un parcours qui vous ressemblera et qui fera du sens pour vous.

Et oui, même derrière un écran, il est possible de se sentir près l’un de l’autre, d’avoir des conversations profondes et de faire d’importantes prises de conscience!


 Pour en savoir davantage sur mon approche, vous pouvez cliquer ici.

Un rythme adapté à vos besoins

 J’encadrerai nos échanges, mais je ne contrôlerai pas l’entretien. 

Je ne vous dirigerai pas vers ce que je « juge que vous devriez découvrir sur vous-même ». Je vous accompagnerai et vous soutiendrai dans vos prises de conscience, dans la compréhension de vos émotions, dans l’organisation de vos objectifs. 

Je vous suivrai afin de faciliter votre processus exploratoire.

Je n’arriverai jamais à une séance avec une idée préconçue de ce qui sera discutée, pas plus que je n’aurai en tête un déroulement spécifique. Le tout se décidera en fonction du processus thérapeutique, de nos échanges, de vos besoins et de ce que je vois en vous et vous amène comme pistes d’approfondissement.

Votre rythme sera le mien et en tout temps, je m’ajusterai à vous.

Des services professionnels

Conformément au cadre légal et dans le respect de mes clients et des autres professionnels de la santé, je m’en tiens toujours à mon champ de compétences. Je ne soigne pas, je ne guéris pas, je ne traite une pathologie et je ne pose pas de diagnostic.

Je ne pratique pas non plus la psychothérapie, un acte réservé aux psychologues et psychothérapeutes. Si votre situation ou votre profil l’indique, je vous redirigerai immédiatement au professionnel approprié et, si vous le souhaitez, je pourrai assurer le transfert de votre dossier.

Vous pouvez aussi utiliser mes services en complément à ceux de vos autres professionnels, pour vos défis de la vie courante.

Je respecte les normes les plus élevées en ce qui a trait au respect de la confidentialité, à la tenue de dossiers et à la protection de vos informations. 

UNE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE RELATIONNELLE

axée sur l’importance de la relation entre vous et moi, dans la confiance et l’authenticité.

Vous vous demandez

Comment ça fonctionne?

Step Étape 1:

ÉTAPE PRÉLIMINAIRE

Pré-consultation gratuite

Nous nous fixerons un rendez-vous virtuel par Zoom d’une durée de 20 à 30 minutes. Nous en profiterons pour faire connaissance, pour aborder vos motifs de consultations et vos besoins, vos attentes ainsi que pour échanger sur mon approche et sur le déroulement des séances.

Évidemment, je répondrai à toutes vos questions!

Step Étape 2:

LES SÉANCES

Une proximité et une relation authentique, même virtuellement

Tel que mentionné sous l’onglet « Mon approche », Je préconise une approche thérapeutique relationnelle mettant l’accent sur l’importance de la relation entre vous et moi. Le lien de confiance et l’authenticité seront donc à la base de ce que nous bâtirons puisque la qualité de notre relation aura un impact majeur sur votre démarche. Mon approche rejoint les grands principes de « l’approche centrée sur la personne » de Carl Rogers.

Step Étape 2:

LA PRISE DE RENDEZ-VOUS

Rien de plus simple

Toutes les séances se tiennent en ligne, avec caméra et micro. Vous prenez vos rendez-vous par Internet, en toute simplicité, en faisant votre sélection parmi les plages horaire disponibles. Vous recevez un rappel la veille de votre rendez-vous, par courriel ou par messagerie texte.

Si vous avez un besoin plus urgent et qu’il n’y a pas de plage disponible à très court terme, vous me le laissez savoir et je tente toujours de trouver une solution. Même si les rencontres se tiennent virtuellement et que les rendez-vous se prennent par Internet, je demeure un « vrai humain » alors vous pouvez m’envoyer un courriel ou me téléphoner.

Foire aux questions

Comment différencier « thérapeute en relation d'aide », « psychologue », « psychiatre » et « travailleur social »?

Il m’apparaît tout d’abord important de vous partager la définition de la psychothérapie, telle qu’inscrit à l’article 187.1 du Code des Professions, applicable depuis juin 2012 (Loi 21):

« Un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique qui a pour but de favoriser chez le client des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, dans sa personnalité ou dans son état de santé. Ce traitement va au-delà d’une aide visant à faire face aux difficultés courantes ou d’un rapport de conseils ou de soutien. »

Bien que les métiers d’accompagnement et de coaching ne soient pas régis par le Code des professions, la Loi 21 est venue statuer sur qui a le droit de pratiquer la psychothérapie, un acte réservé aux psychologues et aux détenteurs d’un permis de psychothérapeute membres de l’Ordre des psychologues du Québec.

Je vous rappelle donc que je ne suis pas psychothérapeute et que je n’offre aucun service de psychothérapie. Je n’accompagne pas non plus les gens en grande souffrance ou détresse psychologique. Pour en savoir davantage sur les pratiques que je suis autorisé à pratiquer, je vous invite à vous référer à la question un peu plus bas.

Pour le moment, voici quelques définitions pour mieux comprendre le champ de pratique de chaque professionnel.

  • Thérapeute en relation d’aide: Il est un spécialiste des relations humaines et du fonctionnement de l’être humain en relation. Ses connaissances sur la psychologie et le développement de l’être humain tout au long de sa vie lui permettent d’apporter du mieux-être et de soutenir la personne dans des périodes difficiles. Le thérapeute en relation d’aide soutient la personne en vue de lui permettre d’acquérir une meilleure connaissance d’elle-même, de mieux comprendre ses relations aux autres dans les différents domaines de sa vie (amoureuse, familiale, professionnel) mais également de comprendre ses insatisfactions, ses besoins et de trouver des moyens pour y répondre. Dans un cadre bienveillant, respectant les règles de confidentialité, de non-jugement, de bienveillance et d’écoute active, le client sera guidé pour retrouver confiance en ses ressources et réaliser ainsi ses objectifs de vie. (Source: Adapté de la définition du Centre de Formation en relation d’aide)

 

  • Psychologue: Le psychologue est un expert du comportement, des émotions et de la santé mentale. Il intervient auprès des personnes qui éprouvent de la détresse ou des difficultés psychologiques. L’exercice de la psychologie consiste à évaluer le fonctionnement psychologique et mental ainsi que déterminer, recommander et effectuer des interventions et des traitements dans le but de favoriser la santé psychologique et de rétablir la santé mentale de l’être humain en interaction avec son environnement. L’information, la promotion de la santé, la prévention du suicide, de la maladie, des accidents et des problèmes sociaux font également partie de l’exercice de la profession auprès des individus, des familles et des collectivités. (Source: Ordre des psychologues du Québec)

 

  • Psychiatre: Un psychiatre est un médecin spécialiste, au même titre qu’un cardiologue ou un chirurgien. Donc, en plus de sa formation médicale générale, il a une formation supplémentaire de cinq ou six ans pendant laquelle il se concentrera sur les maladies mentales. Le psychiatre est le seul spécialiste des maladies mentales qui peut poser un diagnostic basé sur une évaluation complète incluant un examen mental et physique, des analyses de laboratoire, de l’imagerie médicale et une histoire psychosociale détaillée. Une fois le diagnostic posé, le psychiatre peut traiter lui-même la maladie mentale ou coordonner le traitement pour son patient. (Source: Association des médecins psychiatres du Québec)

 

  • Travailleur social: Il aide les personnes et les communautés qui vivent des problèmes, qu’ils soient liés à des situations difficiles, de crise ou de la vie courante. Il élabore avec elles des pistes de solution en fonction de leurs forces et celles de leur milieu (pour améliorer leur bien-être). Ils abordent également la réalité des personnes selon une vision globale qui tient compte de la personne et de son milieu. Plus précisément, son rôle consiste à évaluer le fonctionnement social de l’individu, à déterminer un plan d’intervention et à en assurer la mise en œuvre ainsi que soutenir et rétablir le fonctionnement social de la personne en réciprocité avec son milieu dans le but de favoriser le développement optimal de l’être humain en interaction avec son environnement. (Source: Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec)
En tant que « thérapeute en relation d'aide », quelles pratiques êtes-vous autorisé à exercer?

Un peu plus haut, je vous ai donné la définition de la psychothérapie, un acte réservé que je ne peux en aucun temps pratiquer.

Toutefois, plusieurs interventions ne constituent pas de la psychothérapie, si l’on se réfère toujours à l’article 187.1 du Code des professions. Ainsi, conformément à la Loi et à ce que l’on peut lire à l’article 6 du Règlement sur le permis de psychothérapeute, en tant que thérapeute en relation d’aide, je suis autorisé à exercer les pratiques ci-dessous:

1. La rencontre d’accompagnement qui vise à soutenir la personne par des rencontres, qui peuvent être régulières ou ponctuelles, permettant à la personne de s’exprimer sur ses difficultés. Dans un tel cadre, le professionnel ou l’intervenant peut lui prodiguer des conseils ou lui faire des recommandations.

2. L’intervention de soutien qui vise à soutenir la personne dans le but de maintenir et de consolider ses acquis et ses stratégies d’adaptation en ciblant ses forces et ses ressources dans le cadre de rencontres ou d’activités régulières ou ponctuelles. Elle implique notamment de rassurer, prodiguer des conseils et fournir de l’information en lien avec l’état de la personne ou encore la situation vécue.

3. L’intervention conjugale et familiale qui vise à promouvoir et à soutenir le fonctionnement optimal du couple ou de la famille par l’intermédiaire d’entretiens impliquant souvent l’ensemble de ses membres. Elle a pour but de changer des éléments du fonctionnement conjugal ou familial qui font obstacle à l’épanouissement du couple ou des membres de la famille ou d’offrir aide et conseil afin de faire face aux difficultés de la vie courante.

4. L’éducation psychologique qui vise un apprentissage par l’information et l’éducation de la personne. Elle peut être utilisée à toutes les étapes du processus de soins et de services. Il s’agit de l’enseignement de connaissances et d’habiletés spécifiques visant à maintenir et à améliorer l’autonomie ou la santé de la personne, notamment à prévenir l’apparition de problèmes de santé ou sociaux incluant les troubles mentaux ou la détérioration de l’état mental. L’enseignement peut porter par exemple sur la nature de la maladie physique ou mentale, ses manifestations, ses traitements y incluant le rôle que peut jouer la personne dans le maintien ou le rétablissement de sa santé et aussi sur des techniques de gestion de stress, de relaxation ou d’affirmation de soi.

5. La réadaptation qui vise à aider la personne à composer avec les symptômes d’une maladie ou à améliorer les habiletés. Elle est utilisée, entre autres, auprès des personnes souffrant de problèmes significatifs de santé mentale afin de leur permettre d’atteindre un degré optimal d’autonomie en vue d’un rétablissement. Elle peut s’insérer dans le cadre de rencontres d’accompagnement ou de soutien et intégrer, par exemple, la gestion des hallucinations et l’entraînement aux habiletés quotidiennes et sociales.

6. Le suivi clinique consiste en des rencontres qui permettent l’actualisation d’un plan d’intervention disciplinaire. Il s’adresse â des personnes qui présentent des perturbations comportementales ou tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique ou des problèmes de santé incluant des troubles mentaux. Il peut impliquer la contribution de différents professionnels ou intervenants regroupés en équipes interdisciplinaires ou multidisciplinaires. Ce suivi peut s’inscrire dans un plan d’intervention au sens de la Loi sur les services de santé et les services sociaux ou de la Loi sur l’instruction publique, se dérouler dans le cadre de rencontres d’accompagnement ou d’interventions de soutien, telles que définies précédemment et également impliquer de la réadaptation ou de l’éducation psychologique. Il peut aussi viser l’ajustement de la pharmacothérapie.

7. Le coaching qui vise l’actualisation du potentiel par le développement de talents, ressources ou habiletés de personnes qui ne sont ni en détresse, ni en souffrance, mais qui expriment des besoins particuliers en matière de réalisations personnelles ou professionnelles.

8. L’intervention de crise qui consiste en une intervention immédiate, brève et directive qui se module selon le type de crise, les caractéristiques de la personne et celles de son entourage. Elle vise à stabiliser l’état de la personne ou de son environnement en lien avec la situation de crise. Ce type d’intervention peut impliquer l’exploration de la situation et l’estimation des conséquences possibles, par exemple, le potentiel de dangerosité, le risque suicidaire ou le risque de décompensation, le désamorçage, le soutien, l’enseignement de stratégies d’adaptation pour composer avec la situation vécue ainsi que l’orientation vers des services ou des soins plus appropriés aux besoins.


Source : R.L.R.Q. c C-26, r. 222.1

Comment choisir mon professionnel?

Avant de débuter une démarche en relation d’aide, il est essentiel de vérifier les qualifications du professionnel avec lequel vous songez à faire affaires. Trop de gens s’improvisent « coach » de tout et de rien, « thérapeute », « intervenant » et font des promesses d’atteinte de résultats qui ne tiennent pas la route. Prenez le temps de téléphoner à la personne ou d’échanger avec elle par écrit. Posez-lui des questions et faites confiance à vos impressions. Si vous ne sentez pas que vous avancerez aux côtés de cette personne, n’hésitez pas à chercher ailleurs ou questionnez-la davantage pour éclaircir les points qui vous laissent perplexe.

Si quelqu’un vous fait miroiter une solution magique, il y a probablement lieu de faire preuve d’une certaine méfiance…

Chaque professionnel qualifié a sa formation, ses compétences, sa personnalité et une approche qui lui est propre. Il est donc important de vous tourner vers le professionnel qui saura répondre à vos besoins, qui cadrera avec vos valeurs et votre type de personnalité. N’oubliez pas que, si« ça n’a pas cliqué » par le passé avec un professionnel, cela ne signifie pas que vous ne trouverez jamais LA bonne personne pour vous. On voudrait tous trouver du premier coup, mais il faut parfois quelques essais-erreurs.

À titre de « thérapeute en relation d’aide », je ne peux en aucun temps remplacer une démarche médicale ni me substituer aux avis ou aux services d’un médecin, d’un psychologue, d’un psychothérapeute ou d’un psychiatre. Je ne pose pas de diagnostic ni d’acte médical, et je ne fais pas partie de l’Ordre des psychologues du Québec. Je ne traite pas et je ne soigne pas un patient, pas plus que je ne guéris une maladie.

Si je constate que vous vivez une détresse qui vous empêche de vous projeter dans le futur ou que vous êtes en état de souffrance: je vous redigerai immédiatement vers un médecin ou un psychologue.

Toutefois, comme vous l’avez vu à la question ci-dessus, je peux tout de même vous accompagner et vous soutenir à plusieurs niveaux!

D’ailleurs, si vous avez un diagnostic médical (dépression, anxiété, trouble de l’humeur, etc.), si vous demeurez fonctionnel au quotidien, si vous n’êtes pas en détresse et si vous êtes capable de vous projeter dans l’avenir, je peux vous accompagner pour faire face à vos problématiques de la vie courante.  Votre diagnostic sera pris en considération, mais nos séances ne s’articuleront pas autour de celui-ci. Il s’agira d’une « information importante », mais notre « focus » sera toujours sur le moment présent et non sur la pathologie. Nous travaillerons dans l’optique d’améliorer votre vie courante et d’aller vers un futur meilleur, conformément à vos objectifs, en vous voyant comme un être humain dans sa globalité et non en mettant le focus sur la pathologie pour laquelle un autre professionnel vous suit ou devrait vous suivre. Si je constate que vous avez besoin d’aide spécifiquement pour une pathologie (potentielle ou diagnostiquée), je vous référerai immédiatement.

Je cumule près de 1500 heures de formation en relation d’aide (en plus de mon expérience personnelle et en milieu de travail). Vous pouvez consulter ma biographie pour en savoir plus. J’ai une pratique très humaine, professionnelle, conformément à tous les principes de la Loi 21, pour laquelle j’ai aussi été formé.

Si vous faites appel à mes services, ce sera un privilège et un honneur de faire un bout de chemin à vos côtés. En cours de route, si pour n’importe quelle raison vous vous dirigez vers un autre professionnel (ou si je dois vous référer), je me rendrai disponible pour assurer la transition avec celui-ci, si vous le désirez.

Quels sont les modes de paiement acceptés?

Les paiements se font via l’application STRIPE (une infrastructure de paiement web sécurisée certifiée PCI niveau 1, soit le niveau de sécurité le plus élevé) très simple et efficace. Vous pouvez payer par carte de crédit ou par virement Interac, lors de votre réservation. Vous n’avez donc pas à me transmettre vos coordonnées bancaires. Vous constaterez que ça pourrait difficilement être plus facile que ça!

Qu'est-ce qui est inclus dans votre prix?

Mes tarifs sont « à la séance », donc pour 60 minutes dans le cadre d’une rencontre régulière. Pour chaque séance,  je m’assure tenir votre dossier à jour avec des notes cliniques.  Je peux aussi vous envoyer des propositions d’exercices ou de lecture, si vous le désirez.

Entre chaque client, je me laisse toujours du temps, ce qui me permet de relire attentivement ce que nous nous sommes dit antérieurement avant de débuter une séance. Donc, pas de perte de temps à répéter la même histoire deux ou trois fois, je ne suis pas là pour faire du « travail à la chaîne ».

Finalement, il est possible de me rejoindre si vous avez une petite question entre deux séances, par courriel ou via Facebook.

Pour moi, la qualité de la relation et l’authenticité sont au coeur d’une démarche thérapeutique efficace. Mon tarif, c’est un prix à la séance, mais c’est aussi tout ça.

Est-ce que la confidentialité de mes informations est bien préservée?

Absolument! Je travaille avec la plate-forme GOrendez-vous. Toutes les données sensibles sont encryptées et tous les dossiers sont sécurisés, stockés au Canada.

La plate-forme est conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (LPRPDE), une Loi sur la protection des renseignements personnels au Canada. GOrendezvous est aussi conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels sur la santé (PHIPA), une Loi de l’Ontario sur la protection des renseignements personnels sur la santé.

Comme professionnel, je suis aussi engagé à respecter la confidentialité des renseignements fournis par mes clients, tel que prévu dans l’entente de services que nous signons mutuellement avant de débuter une démarche en relation d’aide.

Émettez-vous des factures et des reçus pour les assurances?

Absolument! Chaque séance est facturée et un reçu comme celui-ci vous est envoyé électroniquement:

 

Dès que je serai membre du Regroupement des intervenants et thérapeutes en médecine alternatives et complémentaires (RITMA),  ce qui devrait se faire d’ici l’été, les reçus figureront sous la rubrique « naturopathie », ce qui peut avoir une incidence positive sur l’acceptation de la couverture par votre assureur. Rien de mieux que de vérifier avec ce dernier pour avoir l’heure juste!

Comment savoir si j'ai besoin de consulter?

Toute démarche thérapeutique faite avec un professionnel de confiance, compétent, avec qui le « courant passe » amène des retombées positives. À la base, n’importe quel être humain apprécie le fait de se sentir compris, accueilli, respecté et entendre quelqu’un reformuler ce qu’il vient de dire et ce qu’il dégage avec empathie.

Souvent, un individu a recours a un accompagnement en relation d’aide pour l’aider à solutionner ce qu’il considère être « un problème » pour lui: stress, manque d’estime de soi, difficulté de communication dans son couple, remise en question au niveau professionnel, difficultés relationnelles, etc.

À mes yeux, il n’y a pas de « petits » problèmes et de « gros » problèmes. Chaque individu est unique et réagit différemment devant une même situation.

Ce qu’il faut tenter de mesurer, c’est l’impact d’un problème, d’une situation ou d’un enjeu sur le reste de notre vie.

Pour savoir s’il serait pertinent de consulter, vous pouvez faire l’exercice tout simple de vous poser la question: « Si… [ce qui me motive à consulter] était différent, quels seraient les impacts dans ma vie personnelle, dans ma vie professionnelle, dans mes relations interpersonnelles, au niveau de mes émotions et de mon bien-être?

Si vous avez l’impression que le soutien ou l’accompagnement d’un professionnel vous aiderait à y voir plus clair, à potentiellement changer positivement une partie de votre vie, je vous invite à communiquer avec moi pour une pré-consultation. Par la suite, vous serez en mesure de prendre votre décision, sans aucune pression! De plus, bien des gens se rendent compte que leur véritable problème n’est pas celui qu’ils croyaient, ce qui donne lieu à des prises de conscience très libératrices.

Et, n’oubliez pas que, même si vous considérez que votre vie va bien, faire affaires avec un thérapeute de confiance pourrait vous apporter plusieurs bénéfices: prises de conscience, meilleure compréhension de vos émotions, repréciser certains besoins fondamentaux,  avoir un regard neutre sur votre interprétation et perception de certains faits, etc.

Ai-je besoin de consulter? La réponse, personne d’autre que vous ne la détient!

Est-ce que toutes les rencontres se font à distance et dois-je absolument avoir une caméra?

Pour le moment, toutes les consultations se tiennent via la plate-forme Zoom. Un lien vous sera envoyé pour vous connecter lors de votre rendez-vous. Si vous n’avez pas installé Zoom au préalable, vous pourrez vous brancher en suivant le lien, par le biais de votre navigateur.

Une caméra et un micro seront essentiels lors des échanges. Si vous n’êtes pas complètement à l’aise, je vous invite à faire le test de la pré-consultation gratuite avec moi. Vous verrez que c’est très simple, convivial et qu’il est possible de développer une relation forte même en ligne.

TÉLÉCHARGER

Mon ebook gratuit!

Pour certains, les disputes conjugales sont essentielles. Elles sont même signe d’un couple « en bonne santé », d’un couple qui communique!

À l’opposé, d’autres seraient prêts à tout pour les rayer de leur vie amoureuse puisqu’ils mettent un temps fou à se remettre sur pied après chaque chicane et jugent que leur couple en ressort inévitablement fragilisé.

Qu’en est-il vraiment?

Les disputes sont-elles « bonnes » pour le couple?

Psssst: Je déteste donner mon adresse courriel pour accéder à un document (la bonne vieille tactique pour mitrailler un « client potentiel »de messages par la suite). Si vous voulez rejoindre ma liste d’abonnés par courriels, c’est facultatif et vous pouvez le faire ci-dessous. Je n’ai aucun courriel pré-programmé pour tenter de vous vendre quelque chose, mais je serai heureux si vous me faites confiance.

INSCRIPTION À LA LISTE D’ENVOI

RÉSERVEZ VOTRE PRÉ-CONSULTATION GRATUITE!

J’ai hâte de faire votre connaissance!

Jean-François